Voilà maintenant une dizaine de jours que le concours de référencement "Pandaranol" a été lancé par la seo world cup. Ce concours de positionnement SEO (être le 1er sur la requête Pandaranol en utilisant Google.fr) prend fin le 1er juillet 2011. Pour l'instant, les participants (environ 80 officiellement inscrits à ce jour) ont mis en place différentes tactiques, classifiées selon plusieurs grandes écoles de référencement :

  • Le référencement White Hat
  • Le référencement  Black Hat
  • Le référencement Grey Hat
Les différences proviennent des stratégies utilisées pour référencer un site.

En effet, une approche "white hat" va s'appuyer principalement sur du rédactionnel, le référenceur rédigeant des articles originaux et de qualité, qu'il publie ensuite sur des sites de communiqués de presse, des blogs d'actualités ou thématiques, et propose ses écrits aux annuaires, forums, etc... Cette approche est traditionnelle et repose sur les principes du journalisme, de la recommandation et du bouche à oreille.

La méthode "black hat" exploite pleinement la devise que de nombreux étudiants connaissent bien "l'informatique est une science faite pour les fainéants". Il s'agit de tirer profit au maximum de l'automatisation de certaines tâches, depuis la publication de commentaires sur les blogs jusqu'à l'écriture automatique afin de produire très rapidement et avec peu d'efforts des volumes de données pas toujours qualitatives mais qui ont pour effet "d'occuper l'espace", et donc de gagner en visibilité. Ce souci d'automatisation s'appuie sur des compétences plus techniques en programmation, afin de développer des logiciels adhoc, c'est à dire qui feront le travail.

L'approche Black Hat est beaucoup moins "romantique" et peut parfois engendrer des effets de bord ou carrément des pénalités (Google sanctionnant ce genre de pratiques en excluant au moins pendant un temps les sites "tricheurs" de ses pages de résultats). Elle peut être toutefois aussi créative que l'approche White hat, certains référenceurs exploitant les failles d'outils de publication (cms, blogs, forums, wikis...) pour y déverser automatiquement leurs liens.

La dernière méthode, grey hat, emprunte comme on peut s'y attendre un peu aux deux précédentes.

Il n'y a pas à proprement parler de bonne, mauvaise ou meilleure méthode pour référencer un site internet.

Selon les objectifs à atteindre, il y a toujours une tendance qui semble plus appropriée. En l’occurrence pour le concours Pandaranol, toutes ces stratégies sont clairement autorisées. En outre, s'agissant d'un concours de positionnement sur un mot-clé inventé avec une date butoir proche, les techniques de spamming/spamdexing pourront s'avérer fructueuses si le timing est bien maîtrisé (peu importe que le site soit exclu des pages de résultats de recherche de Google.fr le 2 juillet si l'objectif est atteint le 01.07)

Ce genre d'opération est toujours une aubaine pour les référenceurs, qu'ils soient indépendants ou travaillant en agence de référencement. Ils permettent de tester avec peu de risques (car le client, c'est eux) des techniques "borderline" et d'apprendre des concurrents en observant leurs fluctuations dans les pages de résultats.

Sitanim ne participe pas directement au concours seo Pandaranol mais soutient l'initiative s'appuyant sur du référencement white hat de 3615 SEO, à base d'articles originaux mettant en scène deux personnages principaux. La narration des aventures de ces héros prend la forme d'une saga de série TV épique et pleine de rebondissements, dans l'espoir que le GoogleBot, tout comme les internautes, puisse prendre plaisir à indexer et positionner les pages !